Gaz renouvelables : la route vers l’industrialisation

Face à un changement climatique désormais inévitable, les gaz renouvelables apportent à la fois une énergie produite en continu et stockable, un bilan carbone neutre et une réduction considérable des externalités négatives liées aux déchets.
L’avenir des gaz renouvelables réside dans leur compétitivité par rapport aux énergies concurrentes et donc de notre capacité à innover pour atteindre l’autonomie financière de cette filière mais aussi à leur acceptation sociale dans une approche systémique de la performance énergétique.
Ils constituent une voie prometteuse pour la réussite d’un mix énergétique renouvelable.

Ce livre blanc a été coordonné par Jérôme Freyermuth, Chargé d’Innovation E’nergys, Bruno Bretel, Directeur Général Utilities Performance du Pôle Audit Conseil Ingénierie du groupe E’nergys et par Marc Schlienger, Délégué Général du Club Biogaz – Association Technique Energie Environnement.

Afin d’obtenir le livre blanc, veuillez compléter le formulaire ci-dessous. Le lien de téléchargement apparaîtra à la validation du formulaire.

    Veuillez prouver que vous êtes humain en sélectionnant Cœur.



    Préface

    Le développement démographique, l’évolution des besoins en termes de confort avec son corollaire l’augmentation des biens de consommation ne doit pas nous faire oublier les conséquences pour les générations futures, dont notamment la préservation de notre environnement. La terre nous apporte des richesses que nous devons traiter, valoriser avant de lui redonner dans un équilibre vertueux et naturel. Les gaz renouvelables répondent parfaitement à cet enjeu. Ils constituent en effet une famille diversifiée de gaz produits grâce à des ressources renouvelables, et plus particulièrement grâce à la biomasse. Cette biomasse a le grand avantage de pouvoir être constituée en majorité de matières fermentescibles (déchets agricoles, agroalimentaires, ménagers, collectifs et industriels), apportant ainsi à la fois une énergie produite en continue, un bilan carbone neutre et une réduction considérable des externalités négatives liées aux déchets.
    La méthanisation est la filière la plus mature et connait une croissance continue depuis quelques années. Initialement portée par la cogénération, cette croissance est aujourd’hui tirée par l’injection du biométhane dans les réseaux gaziers qui disposent d’un formidable potentiel de raccordement et de distribution. La méthanisation seule n’est cependant pas suffisante pour répondre à un scénario 100% gaz renouvelables. Dans cette perspective, les gaz renouvelables dits de seconde génération, la pyrogazéification et le power to gas, offrent des capacités prometteuses. La pyrogazéification pourra en effet tirer parti de la biomasse non méthanisable et des combustibles solides de récupération (CSR) alors que le power to gas permettra à la fois d’interconnecter les réseaux électriques et gaziers et d’être une source d’hydrogène décarbonée et de biométhane pour l’industrie. Étant donné sa capacité de stockage, le gaz renouvelable est en outre une solution pertinente pour gérer la mobilité et l’intermittence des énergies renouvelables.
    Même s’ils présentent l’avantage d’une plus grande souplesse avec des capacités de stockage, le grand défi des gaz renouvelables est leur compétitivité par rapport aux énergies concurrentes. Il sera en effet nécessaire d’atteindre des prix en phase avec les différents marchés de l’énergie pour pouvoir toucher une large part de la population. L’enjeu économique passera par une industrialisation rapide de la production des gaz renouvelables et ce, sans déstabiliser l’équilibre alimentaire par un trop grand recours à la culture énergétique. Il en va de l’avenir de l’humanité de trouver un équilibre de toutes les sources mobilisables. Le développement de ces filières dépendra aussi du soutien que l’Etat leur accordera, aussi bien financièrement qu’en termes de réglementation. L’enjeu est ainsi également sociétal dans la mesure où il dépendra du coût que la société est prête à supporter pour réussir la transition énergétique. De notre capacité à innover pour améliorer les performances des installations, à diminuer les Capex et les Opex en standardisant les unités de production, nous pourrons mieux atteindre les objectifs d’une grande autonomie de cette filière.
    Enfin, les gaz renouvelables s’insèrent fondamentalement dans une approche globale et durable de la performance énergétique. De l’économie circulaire à l’interconnexion des réseaux énergétiques en passant par la mutualisation territoriale des ressources, ce n’est plus tant l’efficacité énergétique qui est recherchée mais la synergie énergétique. Autrement dit, il ne s’agit plus seulement de réduire l’intensité énergétique pour répondre à un même besoin mais d’optimiser les synergies énergétiques pour un système donné. Cette approche est au cœur même des gaz renouvelables. Alors qu’auparavant un déchet était considéré comme une source de pollution, aujourd’hui il devient un pilier de la transition énergétique, avec en fin de cycle, une valorisation agronomique pour redonner à la terre ce qu’elle nous a offert.

    Article précédent
    Le programme PROREFEI est prolongé !
    Article suivant
    Formation Pilote Energie

    Articles récents

    Menu